February 13, 2022 at 10:02 pm

Notre swipe culture par le swipe a gauche : Mes applications de rencontre et comment des objectiver via Fionna Farrell

Notre swipe culture par le swipe a gauche : Mes applications de rencontre et comment des objectiver via Fionna Farrell

Il va sans dire que les applications de rencontre seront une entreprise risquee. Demandez a toute personne, qu’importe son age, le sexe ou le orientation sexuelle, De quelle fai§on semble s’i?tre deroulee son experience dans la Tinder-sphere, et qui sait quel type de reponse vous obtiendrez. Peut-etre que la interlocuteur a plutot rencontre le partenaire de vingt-cinq annees par l’intermediaire de Bumble. Peut-etre que la phrase d’accroche o combien desinvolte qu’il a l’habitude d’utiliser Afin de draguer finira par se retrouver dans un scrapbook pour la posterite, dore et encadre de c?urs.

Ou, peut-etre gui?re.

Mes experiences varient, et il va i?tre impossible de dire si les applications de rencontre “font vraiment le travail”, c’est-a-dire si elles nous aident vraiment a tomber sur l’amour au sein d’ votre monde cruel et impitoyable. Mais votre n’est peut-etre jamais tout cela est en jeu ici. Peut-etre que ce n’est jamais juste une c?ur, et notre esprit et notre corps – et l’harmonie qui existe entre eux – qui font l’objet tout d’un compromis.

Evidemment, ceci peut sembler un peu melodramatique. Mais reflechissez a bien votre que les applications de rencontre nous demandent d’effectuer : non seulement porter des jugements sur le style de vie et le caractere d’une nouvelle personne en se basant concernant certains images et deux mots, et prendre ces decisions en des minutes ou moins, nos unes apres nos autres, bien et encore. Au bout d’un certain temps, il devient encore qui plus est ardu de considerer l’individu de l’autre cote comme 1 etre humain. Et c’est la, evidemment, que cela devient dangereux Lorsque tant d’individus nous deviennent accessibles au bout des doigts, si nous pouvons nos accepter ou les rejeter tout d’un simple swipe ou d’un double tapotement, il demeure impossible de ne point imposer un “standard”, exprime ou non, a ces gens. L’amour devient alors une fai§on de jeu de loterie, et seuls ceux qui possedent cette norme – le ticket gagnant – seront autorises a entrer dans une nouvelle loterie, plus petite, ou commence la veritable competition amoureuse.

A quoi ressemble le “ticket gagnant” ? Le moins rarement, c’est la version de nous-memes que la societe nous convainc etre J’ai moins susceptible de devenir rejetee : le soi sexualise, “photoshoppe”. Pour ces dames, votre moi peut etre celui avec la figure chimerique du sablier, les cheveux a Notre Rapunzel, et le regard fumant mais vulnerable qu’elle a en yeux. Pour des hommes, il s’agit souvent de la figure bien aussi chimerique de Clark Kent, avec des traits nets et un regard autoritaire. Et n’oublions pas la taille : de nombreux hommes de grande taille indiquent leur taille dans leur profil de rencontre, alors que des hommes plus petits vont pouvoir s’abstenir de le faire. Effectivement, l’univers des applications de rencontre ne fait que renforcer les prejuges traditionnels sur votre a quoi les hommes et ces dames devraient et ne devraient jamais ressembler, concernant ce qu’ils devraient et ne devraient pas etre. L’omnipresence et l’opportunite d’Internet rendent ces stigmates d’autant plus puissants.

Par consequent, les hommes et ces dames du monde entier ont le sentiment que ce qu’ils paraissent ne suffit nullement. Une etude menee en 2016 via des chercheurs de l’universite du Texas du Nord a revele que, parmi des hommes et les femmes interroges, les utilisateurs de Tinder ont declare avoir une estime sans dire plus faible que les non-utilisateurs. Tinder n’est en general qu’une application parmi d’autres, mais c’est de loin l’application de rencontres Notre plus populaire au monde, et de multiples autres applications de rencontres populaires (Bumble, Hinge, Plenty of Fish, etc.) utilisent son format “swipe” populaire, ou quelque chose de comparable.

Une nouvelle etude menee par le Journal of Eating Disorders a conclu que les utilisateurs d’applications de rencontres sont nombre plus susceptibles d’adopter des comportements malsains de controle du poids.

L’etude a revele que les femmes qui utilisent des applications de rencontre sont jusqu’a 26,9 fois plus susceptibles d’utiliser des tactiques malsaines Afin de controler leur poids, tandis que des hommes sont 14,6 fois plus susceptibles de le Realiser. Ce n’est pas une information a prendre avec legerete.

Les applications de rencontre ne semblent peut-etre pas la cause directe de ce type de comportement, mais elles en paraissent certainement l’un des facteurs. En permettant aux gens d’accepter ou de rejeter en bloc votre autre individu, en se basant limite entierement dans l’apparence, les applications de rencontre peuvent permettre d’effectuer prevaloir des normes de beaute et d’estime de soi depassees. Et aussi si l’application elle-meme reste impartiale via rapport a ces normes, elle fournit toujours a ses utilisateurs une plate-forme dans laquelle ils peuvent vite objectiver des autres a toutes les moyens qu’ils jugent appropries. Il n’est donc nullement etonnant que quantite de utilisateurs d’applications de rencontre soient enclins a developper des images corporelles negatives ou une faible estime sans dire : c’est cela arrive si nous pouvons trier les gens du bout des doigts.

Quelle reste donc l’alternative a tout ceci ? Est-ce d’abolir toutes les applications de rencontre ? Surement nullement. Comme mentionne precedemment, les applications de rencontre vont pouvoir vraiment aider les mecs a tomber sur l’amour, et elles vont pouvoir si»rement etre employees de maniere positive concernant renforcer l’estime de soi. J’ai reponse n’est donc peut-etre aucun oublier l’ensemble des applications de rencontre, mais de repenser ce qu’elles representent et De quelle fai§on elles nous aident a nous voir et a nous engager les uns au milieu des autres au monde vrai.

0 likes Uncategorized
Share: / / /